Hsankeyf

Ilusu Dam et Midyat

Après un petit-déjeuner revigorant, nous grimpons dans la voiture de Kadir avec Rustem, car aujourd’hui c’est visite : nous voilà sur la route  de Dagrecit sous un soleil éclatant.Les routes sont désertes et agréables mais elle reflètent aussi parfois les aberrations du système politico-économique… à l’instar de cette portion de route refaite à neuf alors qu’elle mène à un village de 30 habitants….dont est originaire l’un des ministres…
Si on pense que l’argent n’est pas toujours dépense correctement, la preuve que c’est partout pareil!

Quelques instants plus tard, nous arrivons enfin devant l’imposante muraille que l’homme est en train d’ériger pour maitriser l’eau. Nous sommes terriblement chanceux car en ce moment les travaux sont arrêtés et nous pouvons donc pénétrer sur le chantier sans aucun contrôle.
Ayant prévu un article entier sur le sujet du barrage, je ne vous offre pour l’instant que cette image.

Dscf9820 snapseed

 

Nous reprenons la route en direction de Midyat, ville que j’avais traversé cet été avec Diego juste avant de trouver le véhicule qui nous à amèné à Hasankeyf.

 

Ici les maisons anciennes sont faites en pierre spéciales (un peu comme nos pierres dorées autour de Lyon), et c’est aussi le pays du vin mésopotamien qui est plutôt bon ;)>

 

Nous nous échappons de la “surveillance” de Rustem qui est allé prier pour flâner dans le monastère Mor Gabriel d’où je ressors avec un bandana typique de la région.

 

Nous passons ensuite voir une de ses sœurs pour gouter son délicieux gâteau et récupérons Rustem pour rentrer au village.

 

Le temps de souffler un peu et Kadir me conduit chez ses parents où nous dinons ce soir. La maison, petite et simple, est surchauffée, ce qui me fait beaucoup de bien. Et puis on installe la “table” : un immense plateau posé au sol sur lequel on trouve tous les plats, une cuillère chacun et hop (vous aussi vous voyez le gain de vaisselle à faire?). Je me gave de son poulet et surtout de son boulgour aux épinards et grains de moutardes. Les hommes sortis de la maison, la maman de Kadir me montre des photos de tous ses enfants quand soudain, elle fond en larmes : beaucoup sont loin et lui manquent. Je lui fais un gros câlin avant de passer au dessert.

 

Une belle journée, un bon repas chaleureux, what else?