Tiflis under rain

21 avril 2015 :

Mon dernier avion du jour a décollé d’Istanbul à 23h heure locale, pour atterrir à Tbilissi, ou Tiflis, la capitale de la Géorgie à 3h du matin ici.

Autant vous dire qu’ici, il n’y a rien à cette heure-ci. Enfin je parle de transport en commun. Parce qu’il y a tout de même de la vie.

Déjà c’est humide. Etant partie d’Irlande sous un soleil radieux, le déluge géorgien me mine un peu.

Mais la vie de l’aéroport me fait très vite oublier tout ça.

Ici, on peut s’essayer aux haltères. Mes petits bras sont fatigués, aussi, je passe mon tour, mais regarde, amusée, les géorgiens baraqués se prêter au jeu. Et puis, je rencontre deux français, qui ont atterri ici pour aller au concert de System of A Down en Arménie.

Il nous faut tuer le temps jusqu’au premier bus à 7h, aussi, nous improvisons une partie de Tarot sur une pelouse en plastique d’un décor du hall de l’aéroport. Pelouse, qui nous servira également de lit pour essayer de dormir quelques heures.

Le bus est folklo, et mon premier contact avec les géorgiens  a une odeur d’alcool…et on me confirmera rapidement que le café est souvent coupé voire remplacé par un verre de liqueur locale. On arrive tous les trois à proximité de l’hôtel que Stan et Romain ont réservé. Je pars à la recherche d’une auberge de jeunesse…mais la tâche est plus que compliquée !!! Chaque « hostel » indiqué s’avère fermé !!!

Dépitée, je retourne à l’hôtel de mes compatriotes où le réceptionniste me conduit à une chambre qui sent bon la fumée de cigarette….oui ici, on fume partout ! Je jette mon sac sur le lit et file attaquer ma visite de la ville, toujours sous une pluie battante.

Je tente de rejoindre la vieille ville…avec beaucoup de difficultés, ici…les passages piétons n’existent pas !!! Il en va de même pour les feux rouges et les stops ! C’est au petit bonheur la chance que je tente une première percée de la rue à 4 voies…échec lamentable qui me vaut d’être trempée, les voitures ne daignant pas ralentir à l’approche des mini lacs qui se forment au bord des routes à cause de la pluie.

Je réussis à atteindre l’autre rive non pas sous les applaudissements mais sous les klaxons !

La cuvette où se trouve la vieille ville m’offre un spectacle auquel je ne m’attendais pas : des bâtiments à l’architecture très moderne et futuriste ont trouvé place au milieu des plus anciens. Pierre et Verre font bon ménage. 

Igp5996 snapseed

Ma route se concentrera plutôt sur ceux en pierre : église, mosquée, synagogue et citadelle, avec une petite dose de soviétisme avec la statue de la Mère de la Géorgie !

Je passerais plusieurs heures dans Sioni Church, ou la cathédrale de l'Assomption, car une cérémonie surprenante s’y déroule : une centaine de fidèles, principalement des femmes, sont venues avec des sacs en plastique remplis de nourriture (yaourt, gâteaux, pain, bouteille de coca, fruits,  bouteille d’huile…) sur lesquels des cierges sont placés et allumés, pendant qu’un prêtre fait son office.

Un groupe de femme sur ma gauche entonne une mélopée et l’odeur de l’encens et l’éclairage à la bougie ajoutent à l’atmosphère mystique du moment.

20150421 112229

Je change d’église, ici aussi une cérémonie a lieu (mais sans la nourriture) et alors que je suis assise un prêtre m’apporte une chope contenant un liquide que je devine être une sorte de vin (qui me rappelle beaucoup l’hypocras pour les connaisseurs). Je me laisse porter par les chants et le vin, mais le charme est vite rompu quand ledit prêtre, légèrement retardé mentalement essaye de se souvenir de ses cours d’anglais pour me dire qu’il m’aime…

Je finis par trouver une auberge de jeunesse où dormir, je cours récupérer mes affaires à l’autre hôtel, en demandant combien je dois pr les 4 heures de squattage de lit…on me répond « rien ! » en m’offrant quand même un thé avant de partir…ils sont plutôt honnêtes et sympathiques ces géorgiens.

Je me pose sur le lit de l’auberge…et m’effondre…pour me réveiller à 17h…la semaine irlandaise et la journée dans l’aéroport auront eu raison de moi.
Et à mon réveil, j’ai la surprise de trouver devant mes yeux, une tasse de thé chaud, un snickers, un hamburger et un jus de fruit. Mes colocataires azerbaidjanais me font découvrir leur hospitalité, si développée dans cette partie du monde, et je découvre que leur langue et le turc sont soeurs, pratique pour communiquer!

Je retourne faire une balade en ville, le temps de me perdre au hasard des rues au coucher de soleil. Fans d’Urbex, cette ville est faite pour vous !

Igp6064 snapseed

Igp6000 snapseed

La journée se termine avec la rencontre d'Etienne et d’échanges de voyageurs autour d’un thé.

Dodo.

Géorgie Tbilisi Tiflis istanbul voyage

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau