Liberté!

Jour 41 : Mardi 28 juin

Qu'ils veulent faire de l'argent, je l'entends. Qu'ils prennent les touristes pour des cons...j'ai atteint ma limite. Je rappelle...le som vaut plus au marché noir qu'à la banque, hors, pour récupérer de dollars...c'est simple ils ne veulent pas. Sinon, on y gagnerait trop. Du coup rien, et ils se mettent à douze balèzes patibulaires pour faire flipper la petite jeune femme sans défense que je suis.

Je pars en les insultant gentiment en français, calme, mais ferme. Et je reste ainsi lorsque les chauffeurs de taxi me disent qu'il n'y a pas de bus pour la frontière...escroquerie ou mensonge...
L'avantage c'est que j'ai le temps. Je m'assieds donc sur un banc en prenant mon livre, bien décidée à ne pas céder (et la vie sait que je peux être têtue pour une cause juste). Un vieux me regarde en souriant. Pendant plus d'une heure, je suis entourée de chauffeurs de taxis, ou autres harceleurs psychologiques. Je leur dis non, je leur dis d'arrêter de se foutre de moi. Je leur dis en français, et je respire par les pieds.

Le vieux qui sourit s'approche après encore un long moment, et m'emmène vers les bus. (Je ne cache pas mon gros sourire en forme de bouche d'honneur à l'attention des voleurs-menteurs), et je lui réserve ma plus belle poignée de main, et mon merci le plus profond.

Enfin la frontière...je vais pouvoir sortir de ce pays. Si beau. Mais si humainement difficile.

Bien sûr...même pour le quitter, c'est pénible! Fouille, de tout, photos, vidéos, médicaments, livres ou magazines (interdit de les sortir du pays), compte de l'argent déclaré...et une demie-heure à me demander pourquoi je veux aller dans le pays voisin. Pour être libre.

La ligne rouge passée, je saute presqu'au cou du douanier kirghize. Bon sang, il sourit!!! et est accueillant....après 15 jours des autres, j'ai l'impression d'être shootée à la bienveillance!

Les formalités passées, je sors de la zone-tampon. Je suis légère, ma bouche affiche une demie-lune indestrucible pour la journée.
J'ai pleuré 40 jours. Mon deuil est terminé.

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau