Larmes frontalières

Jour 10 : 28 mai 2016

arrivée à Dogubeyazit, je rejoins la frontière iranienne.

İci c'est plutôt le bordel : tout le monde pousse tout le monde car les Turcs et les Iraniens font du business.

Aller/retours incessants en portant des sacs plastiques bien mystérieux... je découvrirai plus tard qu'ils sont remplis de cigarettes, de gâteaux, de produit de beauté...

Pour ma part une fois les formalités administratives effectuées, je pose enfin le premier pied en terre iranienne.

Le temps de monter dans une voiture et un flot de larmes coule sur mes joues.

2016 05 29 10 33 38 988

Trois hommes m'interpellent pour m'offrir le thé. Premier contact sympathique!

Puis un homme me permet de rejoindre Koy où je rencontrerai, au hasard de la vie Hossein et son ami. 

Ces deux kurdes sont bien surpris de tomber sur une petite française qui parle un petit peu de kurmanji et après avoir traversé le désert nous arrivons à Téhéran à 2h du matin et ils me font dècouvrir le pain local, le lavash!

2016 05 29 10 31 57 404

 

Je pose ma tente sur le parking du périphérique où nous passons la nuit.

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau