Du silence russe...

Jour 43 : mercredi 29 juin

Mon réveil sonne 3 heures après m'être écroulée dans ce quartier paumé de Bishkek, capitale Khirghize.
Je petit-déjeune seule dans la cuisine de l'auberge. Aucun de mes deux yeux n'ai d'accord avec mon idée de s'ouvrir un peu.

L'avantage, pas besoin de repaqueter mon sac...que j'enfile pour traverser la ville jusqu'à l'appartement de Ho, mon hôte couchsurfing pour la nuit. Prof d'anglais volontaire, il rêve de voyages. On en parle quand nous sommes rejoints pas Valentina et une de ses amies, russes, auto-stoppeuse qui nous font tourner un film souvenir.

Elles ont rendez-vous avec des russes vivant ici, nous partons tous ensemble, les rejoindre à flanc de montagne.

N'étant pas russophone, je les laisse papoter, et je regarde le soleil se coucher sur la ville enfumée.
Ils veulent nous emmener dîner mais leur circuit touristique de la ville, consistant à nous montrer les quartiers des "singes"...(les gens à couleur de peaux différente de la leur), me coupe l'appétit. 

Bien fait pour eux, la vie les punit en crevant leur pneus en route. Nous les aidons à les changer, et je m'amuse à répendre le camboui de mes mains sur leurs fringues, les sieges et leur mains quand je les serre pour dire adieu.

C'est l'appel de la mosquée à 3h30 qui me réveille cette nuit-là...si je leur disais que ce chant me manque depuis la Turquie, ils ne comprendraient pas.

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau