istanbul

Eden à Halfeti

Jour 4 : 22 mai 2016

Après quelques heures dans mon aéroport favori puis dans un avion, je laisse la pluie derrière moi pour les 30 degrés matinaux de Gaziantep au sud-est.

Je rejoins Birecik, puis Halfeti où je sirote un thé en attendant mon ami Muslum, dont le regard souriant est toujours aussi communicatif!

Quel bonheur de se retrouver à Bozok Koyu...les champs et les jardins font toujours autant de bien.

20160522 194934

 

Et cette nuit, j'étais tellement bien que j'ai réussi à courir sous le ciel étoilé de Mesopotamie!!

 

 

 

On se fait une bouffe? Ou deux!

JOUR 3: 21 mai 2016

Un déjeuner à 15h partagé avec la famille de Mr Hossein et une conversation en français avec son père...

Img 20160521 wa0000

 

Et un diner partagé cette fois avec une  amie et ex-collègue partie vivre à İstanbul pour 3 ans! 

Pour nos retrouvailles on a même eu droit à un feu d'artifice au dessus de la mosquée d'Ortakoy!!!

2016 05 22 06 08 50 253

 

Istanbuldayim

JOUR 2 : 20 mai 2016

Une journée papotage avec Vuslat, mon hôte, et une soirée bière et vin sur les rives de Haliç, avec les copains turcs, français et italiens rencontrés en Arménie l'an passé!

2016 05 21 08 49 00 059

Et si on avait de la chance? (De vivre)

Dimanche 17 mai 2015 :

Petit déjeuner avalé, sac bouclé, on se laisse porter jusqu’à la grande Mosquée Bleue pour une visite matinale avant le gros du troupeau de touristes.

Picsart 1431842985706

Et puis nous faisons le chemin inverse d’il y a deux jours : le port d’Eminomu, le bus de Kadikoy à l’aéroport, et puis notre avion qui nous emmène jusqu’à Milan.

Img 2430

Notre objectif : rejoindre un covoiturage à Turin à 21h. Atterrissage à 17h, nous avons donc 4heures devant nous…large !!!

Mon optimisme naturel va cependant se heurter à la situation de l’aéroport et de la mentalité italienne…bref…on va en ch%%% !

Et on en ch%% ! Aucune voiture ne s’arrête…alors…comme toujours, il faut avancer vers sa chance. La provoquer en bougeant et surement pas en attendant sur place que quelque chose se passe !

Sauf que mon binôme du moment, en a plein les pattes, il faut donc garder autant la foi que le sourire et continuer à la faire avancer un tout petit peu, parce que c’est peut-être au prochain carrefour que la situation va se débloquer.

Et c’est au moment où la tension et l’épuisement est à son paroxysme et que j’aborde un énième conducteur qu’enfin on accepte de nous prendre. Le jeune homme propose de nous emmener à la gare de Castano Primo.

Le temps de ressortir mon italien rouillé pour le remercier, nous pénétrons dans le petit bâtiment où nous découvrons qu’il n’y a pas de guichetier. Nous sortons sur le quai pour découvrir qu’un train arrive de l’Est. Je demande à un trio de jeune sur le quai d’en face si le train qui arrive de leur côté va à Novara. Si !

Nous voilà donc à courir comme des dératés dans les escaliers que l’on descend, le tunnel, les escaliers que l’on remonte et nous sautons dans le train au moment où les portes se referment !

 Alors qu’elle essaye de reprendre son souffle, A. me dit que pour elle c’est fini, elle ne veut plus faire de stop ou marcher, elle veut prendre le train jusqu’à Turin et est même prête à me l’offrir.

Nous descendons à Novara, n’ayant pas vu de contrôleurs, et nous marchons en direction des quais principaux : notre chance nous a précédé cette fois : le  seul train qui nous aurait permis de rejoindre Turin à temps pour avoir notre covoiturage est annoncé…avec 15 minutes de retard !!!

Img 2438

Il arrive donc dans 10 minutes (bref en vrai on n'aurait jamais du l'avoir), et nous, filles honnêtes, en profitons pour courir dans la gare….où aucun guichet n’est ouvert…et lorsque nous décidons de nous rabattre sur les machines automatiques…les deux sont en panne !!!

C’est donc sur les quais de la gare de Novara (ville que je connais bien y ayant séjourné plusieurs fois grâce à ma correspondante italienne), que nous nous dépouillons sans aucun remord de notre honnêteté : nous montons à bord du train pour Turin, sans billet.

Nous trouvons deux places assises et c’est sur les paysages de rivières dans le coucher du soleil que nos corps se détendent.

Nous voilà à Turin, la synchronisation des évènements ayant été étonnement parfaite : notre covoitureur nous récupère dans les 5 minutes et nous partons pour 4 heures de voitures pour rejoindre notre Lyon préférée…

Enfin…comme l’équilibre est nécessaire…trop de chance ne pouvait durer et nous avons pris notre mal en patience (et bcp de fous rire) dans les bouchons du tunnel…pour arriver tôt le matin…

Et au boulot !

Voici les mots d’A. après avoir partagé ce voyage avec moi :

« Turquie 2015 : Istanbul - Nevsehir - Görëme - Kayseri - Gaziantep - Besni - Adiyaman - Kahta - Karadut - Nemrut Dagr - Siverek - Diyarbakir - Batman - Hasankeyf - Istanbul - Milan - Novare - Turin - Lyon...
En avion, à pied, en voiture, en camion, en ferry... 8 700 km plus tard, je crois bien qu’Indiana a essayé de me tuer d'épuisement!!
J'y ai laissé une cheville, dormi n'importe où, senti le poney, développé une addiction au thé mais surtout découvert l'immensitude (!) des paysages de l'Est, traversé l'Euphrate, vu des siècles d'histoire, pris mon petit déj en face du Tigre et surtout avoir rencontré des gens d'une gentillesse et d'une générosité incroyables.
Merci ma belle de m'avoir fait découvrir TA Turquie »

Les petits plaisirs stambouliotes

Samedi 16 mai 2015

Picsart 1431758717105

Réveil avec vue sur la mer et début de notre errance quotidienne dans Istanbul.
A. veut voir Sainte-Sophie et Topkapi, moi je connais bien le second et ne veux toujours pas rentrer dans Aya Sofia…je fantasme tellement ce bâtiment mosquée église…que je préfère ne pas me forcer pour ne pas être déçue.

Img 2252

Img 2278

Et comme à deux il faut faire des compromis : on trouve celui que je préfère : elle va visiter les deux incontournables pendant que je reste allongée dans l’herbe du parc Gulhane à regarder les gens aller et venir, rire, vivre, le vent dans les feuilles et les nuages qui passent.

Au bout de 5 heures, je la vois revenir heureuse, et c’est ensemble que nous remontons la rue du Tramway, passons devant le café Pierre Loti et tournons dans cette petite rue à gauche qui mène à mon repère gastronomique : l’Ortaklar Kebap où je vais pouvoir déguster mon beyti kebap préféré !!!

20150516 162655 snapseed

On se régale, on pèse une tonne…rien de mieux alors que d’aller dépenser quelques calories et autres Turkish Lira dans les grands bazaars des pentes du quartier de Fatih. Nous traversons forcément le « touristique » mais pour mieux nous régaler dans le « social », marché plus typique…et moins cher ;).

Fromage, louche, fruits secs, simit, et surtout un kilo de Gumushane’de Kome…ces pâtisseries qui me font atteindre le septième ciel à chaque bouchée !

Img 2393

Un peu d’errance, avant de nous rendre au Mesala Kahve pour un dernier thé accompagné de baklhavas au milieu des narguilés et cérémonie Mevlana.

Igp7253

Flaneries Stambouliotes

Vendredi 15 Mai 2015 :

Réveil aux aurores…et aux odeurs…de burgers ! On se fabrique un visage frais et épanoui, et on se dirige vers les bus pour choper le E10 qui nous emmène à Kadikoy sous un soleil de plomb. Nous arrivons à l’embarcadère à temps pour prendre mon ferry préféré, et je laisse Audrey admirer la vue sur les palais, la tour et les mosquées jusqu’à notre point d’arrivée : Eminomu.

De là, je reprends les routes que je connais par cœur jusqu’à notre petit palais du Best Island Hotel où nous jetons nos sacs avant d’aller profiter de la cité turque.

Nos flâneries nous font longer les murs de Topkapi puis prend le pont de Galata qui mène aux petites rues pavées et pentues de la colline soutenant la tour du même nom. Puis nous longeons les rails du vieux tramway jusqu’à la place Taksim avant de filer nous perdre dans les rues du quartier de Beyoglu, où nous croisons musiciens et patisseries indécentes!

Img 2190

Img 2191

Img 2194

Une pause s’impose, et c’est un thé, forcément, que nous sirotons sur les rives de Haliç en regardant les bateaux glisser et les poissons fouiner au-dessus des étals de poissons frais.

Img 2199

Img 2207

 

Et puis nous sommes vendredi, jour particulier pour les musulmans et nous allons assister à un temps de prière à Yeni Cami alors que la nuit tombe et que la mosquée commence à scintiller.

Igp7226 1

Igp7235 snapseed

Et puis encore plus de flanage, avant de rejoindre un bon lit avec un matelas ! Repos !

Chèvre à Hasankeyf et McDo à Istanbul

Jeudi 14 Mai 2015 :

La nuit dans notre hébergement semi-troglodytique à l’Hasankeyf Teras Café se termine et une belle journée commence avec un petit-déjeuner d’ici : accompagné d’un bon lait de chèvre chaud. Humm…un régal !

Après une petite toilette, nous enfilons nos baskets pour découvrir le site : j’emmène A. se promener  dans les canyons, rencontrer les biquettes qui nous ont nourri ce matin, et errer parmi quelques ruines, elle qui aime les cailloux, elle est servie !

Igp7165

Un petit tour vers Ramazan Usta, des patisseries avec Ahmet, un cours de turban avec Ali, le berger le plus célèbre du village (qui à l’heure où j’écris ces lignes est devenu jeune marié !), et puis encore et toujours des sourires et des thés avec les amis.

20150514 132434

Bahar nous rejoint dans mon QG, pour quelques instants ensemble…les derniers avant longtemps. Et je lui offre mon gilet bleu qu’elle aime tant au moment de la serrer fort dans mes bras. 

20150514 171041

Et c’est à nouveau Ahmet qui nous emmène en direction de Batman où rejoindrons l’aéroport.

Il nous réserve une dernière surprise et nous invite à diner pour faire gouter d’autres délicieuses choses à Audrey, dont l’ayran.

Img 2186

Igp7182

Mon cœur se serre quand il doit partir car nous allons passer les portiques : je lui promets de prendre soin de moi comme lui me promet de le faire pour les siens. Et il repart sous la pluie.

Pour rire un peu, nous filons dans les toilettes des femmes afin de faire une photo avec le maillot de foot de l’équipe du village qui m’a été offert par mes camarades.

Picsart 1431626946509

Et après avoir été copieusement draguées par les hommes de la sécurité (nononon, les deux françaises ne se sont pas du tout fait remarquer), nous prenons place à bord de notre avion qui nous ramène à Istanbul.

Récupération de nos bagages et direction les banquettes du Burger King…qui ont été prises d’assaut pendant que nous réglions par téléphone une sorte de turkish drama sentimental.

On se rabat donc sur celles du McDo, où nous clochardons les quelques heures qui nous séparent du lever du soleil...

20150515 015358

 

Ballons et manti, une journée bien remplie

Lundi 11 Mai 2015 :

Couchées à minuit, notre réveil sonne à 4h…accompagné d’un type qui nous dit qu’il nous attend. On se prépare et effectivement il est en bas, mais nous essayons de lui faire comprendre qu’il nous a mal compris…on voulait se lever tôt non pas pour monter dans une montgolfière, mais juste pour aller les regarder décoller ! Bref, il retourne se coucher, et nous prenons la route d’un des petits sommets qui entoure Göreme.
Le soleil pointe doucement le bout de son rai, et le vrombissement des ballons que l’on gonfle nous berce dans la fraicheur de l’aube.

Igp6826

Et le spectacle est là, et nous faisons des paris sur qui va se prendre la colline, qui va partir du mauvais côté etc.

Igp6895

 

Le soleil nous réchauffe enfin, et nous regagnons notre auberge pour dormir une petite heure de plus.

Et puis c’est l’heure pour Audrey de découvrir l’un de mes repas préféré en Turquie : le kahvalti ! (et l’omniprésence des chats !)

L’estomac rempli, les gourdes aussi, c’est le sac sur le dos que nous partons pour une rando.

La vallée rose et ses pigeonniers nous attendent. Tours et détours pour trouver une église troglodytique dont on nous a parlé, qui nous amènent à escalader, glisser, grimper, jusqu’à l’un des sommets où la vue est superbe….et où deux tabourets on l’air de nous avoir attendu !

2015 10 12 11 41 16 182Elle a l'air heureuse non?

Igp6927

Redescendre, re-glisser, perdre un iphone, marcher, rire, laisser Audrey, re-grimper, retrouver son iphone, boire, mettre un chapeau, admirer le travail de l’eau sur la pierre, trouver l’église !

Igp6994

Et puis rentrer. C'est à dire croiser des chameaux, des canapés sous des arbres, des arbres aux milles yeux et des extra-terrestres!

Le temps d’un bonne douche chaude sur les toits, de préparer nos sacs, nous revoilà sur les routes à tendre à nouveau nos pouces.

C’est Yucel qui nous permettra de rejoindre Avanos et la route principale jusqu’à Kayseri…par les chemins de traverses. Il faut avouer, qu’on n’a pas bien compris s’il n’avait plus de permis ou était recherché par la police, toujours est-il qu’il voulait être discret ! Et à ce jour encore, il nous propose de venir travailler à Göreme…sait-on jamais !

La 2x2 voie est bien empruntée, c’est donc facilement que nous trouvons notre second véhicule, avec un professeur dans la métallurgie et l’électrotechnique (à croire que lui aussi était fait pour nous). Il nous déposera en fin d’après-midi devant l’immense gare de Kayseri où nous prenons nos billets pour un bus de nuit. Nous avons quelques heures à tuer, et nous nous installons dans un restaurant café.

Et le patron me reconnait : il y a un an, une fille avec son ordinateur avec qui il avait regardé un des matchs de la coupe du monde. Oui oui, c’était bien moi. Et Sabri s’installe avec nous en commandant des thés pour papoter et en profite pour pratiquer l’anglais.

Et puis vient l’heure du dîner : si on est ici, c’est pour les manti ! La spécialité locale. Toujours un régal, Audrey aussi apprécie.

Igp7016

On remercie, on se dit peut-être à l’année prochaine, et on va rejoindre notre bus…qui a du retard, c’est donc à minuit que nous nous installons le plus confortablement du monde – Audrey devient fan des sictoms turques – et nous essayons de dormir deux heures sans assassiner le bébé qui pleure !