Des cailloux, de l'or, des lanternes...

Mardi 23 décembre :

Une fois tout le monde lavé et habillé, nous embarquons dans un minibus de vingt places : notre couple d’amoureux nous a prévu un programme découverte en ce mardi 23 décembre.

Première étape : le parc de Yehliu au nord-est de l’île. Ici, on prend les embruns de la mer en pleine face. La particularité de ce parc est la formation de scluptures aux formes improbables formées par l'érosion.

Mais pour admirer le spectacle de plus près, il faut accepter de faire la queue derrière les innombrables touristes…autant vous dire que ce n’est pas possible pour moi ! Je prends un chemin de traverse et m’engage sur la route qui mène en haut du promontoire rocheux. Les mollets tirent un peu, mais la paix qui règne au milieu de cette végétation me procure un bien-être total. Une fois toute en haut, je peux m’adonner à mon jeu préféré : fermer les yeux et imaginer d’où viennent les vagues.

Y2014 12 23 11 53 13 snapseed

Mais je ne peux guère en profiter, nous n’avons qu’une heure de battement avant de retrouver les roulis, et c’est au pas de course que je redescends de mon nid, et me fraye un chemin entre les vagues de cette marée chinoise.

Notre chauffeur nous dépose maintenant à Chiufen. Nos gentils organisateurs nous annoncent que nous resterons à nouveau une heure, pour nous restaurer et profiter de la rue commerçante principale.

J’avoue. Pour moi qui ai l’habitude de vagabonder seule, en me perdant dans la culture local et…en évitant autant que possible l’usage et la rencontre du/des français…s’en est trop. Je propose donc à mon neveu qu’ils continuent leur étape…sans moi. Il finit par accepter devant mon visage de chat Potté et je file de mon côté !

Et c’est le vent de l’aventure qui souffle dans mon dos et me pousse à prendre la rue de gauche. Il est de bon conseil, après avoir découvert des temples fluo dans la grisaille matinale, je rencontre une dame qui me dit, en anglais approximatif, que j’ai un joli visage. Je bafouille un vague merci chinois, et elle embraye la conversation sur l’histoire du village. Ici, il y a un côté mystérieux : ancien village de mineur et de pêcheurs, avec son lot de souffrance, de morts et de fantômes, et son lot de joie, notamment de ses « filles de », qui attendaient les ouvriers le long de cette interminable rue qui traverse Chiufen de haut en bas…362 (marches)…pour les plus motivés !

Dscf0210 snapseed

L’exploitation des mines ayant cessé, les artistes ont remplacé les mineurs et s’expriment plus sur la forme que sur le fond. Ici, à l’instar de nos villes, ont retrouvent des murs peints, ou des murs coquillagés, ou bois-flottés...Je prends le thé avec ma guide de l’heure quand un couple d’amis passent et elle me propose de les suivre pour mettre des habits d’antan.

Dscf0212 snapseed

Je découvre alors l’univers du Cosplay, bien loin de l’univers des héros d’animé asiatique, ici, on ne propose QUE de devenir princesse, ou empereur d’une dynastie ou d’une autre.

On m’affuble d’une robe-tunique, d’une sur-robe, de chaussons à pompons, ma taille est ceinte d’un morceau de tissu identique au reste, j’enfile des perles et…on me fixe douloureusement une coiffe en plume de cacatoès (je n’ai aucune idée de la race d’oiseau dont les plumes proviennent, mais je trouve qu’on en parle pas assez du cacatoès), à laquelle on fixe de chaque côté un conglomérat de perles. Nom d’un éléphant de mer…que c’est lourd !

2014 12 23 14 59 28

Je m’installe devant un trône doré, prend la pause, une fois…une deuxième fois avec ce qui est soi-disant un éventail, mais me rappelle plus une raquette de ping-pong. J’en profite pour demander à mes paparazzis locaux si l’expression "se renvoyer la balle" serait née en Asie, grâce à deux femmes qui joutaient verbalement cachées derrière leur éventails…mais ma blague tombe à l’eau…le temps me manque pour l’expliquer…je dois retrouver le bus.

Je remercie mes trois camarades de jeu, prends le temps de poser pour une équipe de basket junior du coin, et rejoins le bas du village sur leurs conseils…qui se sont avérés erronés, puisque le lieu du rendez-vous se trouve tout en haut du village. Un petit sprint plus tard, je retrouve, essoufflée, mes compatriotes francophones pour un nouveau trajet en bus, très court, qui nous dépose devant l’entrée d’une des anciennes mines, désormais devenue musée.

Je reprends la bonne habitude précédente…je file de mon côté, je veux de la nature, suis les anciennes rails désaffectées, et trouve un escalier à moitié délabré…parfait, j’y vais !

Gmdscf0228 snapseed

Je longe une rivière et me perds dans les hautes herbes qui dansent sous le vent. Idéal pour un moment contemplatif. Une pause de quelques minutes avant de retrouver à nouveau une partie du groupe et de remonter à bord de notre navette, qui longe les roches jaunies par les pépites d’or.

Gomdscf0232 snapseed

Nous serpentons dans la montagne pour notre ultime étape de la journée.

Nous voilà dans un monde bien différent !

Un village bien petit, dans lequel il règne une immense agitation. En levant les yeux au ciel, nous pouvons apercevoir des formes lumineuses qui s’élèvent. Des ovnis ? Une base martienne à Taiwan ? Rien ne m’étonne plus ici !

Mais non, il ne s’agit que de lanternes, coutume bien développée en Asie.

Nous sommes donc happés par la frénésie ambiante de Pingxi et nous retrouvons sur une voie de chemin de fer, avec une énorme lanterne en papier sur laquelle chacun d’entre nous écris un mot.

A ce moment-là, une sonnerie retentit, et je vois tous les chinois se masser sur les côté : le train va bientôt passer…

2014 12 23 17 32 13 snapseed

Une fois parti, il laisse à nouveau la place à l’effervescence et les cris de joie de ceux dont les lanternes viennent de s’envoler.

Un homme vient allumer la nôtre, que nous tenons tous d’une main, nous regardons une dernière fois les messages, et nous lâchons tous ensemble notre message d’amour partir diffuser sa lumière…et se prendre un arbre…avant de reprendre son envol. Soyons philosophe, à l’image de nos vies à tous, elle a surmonté un obstacle, mais a continué !

Dans cette ambiance euphorique, chacun se sépare, les uns allant se restaurer, les autres shopper, les derniers, comme moi, se promener sur un pont à souhait. Ici, pas de cadenas, mais des tubes en bois…

Retour à New Taipei ou chacun vaque à ses occupations ou envies. Et avec l’ami de mon neveu, on a envie de sushis, mais des vrais, dans un restaurant assis, pas de ses petites choses en boîte plastique. Nous rejoignons le marché de nuit et commençons à marcher dans l’une des grandes artères adjacentes en croyant en notre bonne étoile : nous finirons par trouver ce qu’on cherche !

Nous croisons une échoppe de sushi express, et nous tentons, vainement, de lui demander où trouver un restaurant à shushi…son anglais est inexistant, sa motivation à essayer de nous comprendre aussi, et nous nous apprêtions à continuer notre quête quand un couple, maitrisant la langue de Shaekspeare nous vient en aide : traverser la rue, continuer dans cette direction, et à environ 300 mètres, faire attention, c’est une toute petite porte à droite, ne pas la louper.

Nous répétons les indications, remercions et nous hâtons…et faisons les 300 mètres les plus longs de notre vie. L’inquiétude nous gagne : serions-nous déjà passé devant ? Nos épaules s’affaissent autant que notre moral…mais non !!! Nous voilà juste devant !

Bonheur et joie, nous rentrons tout souriant, et affamés, quand nous découvrons qu’ici…il n’y a rien en anglais…rien du tout.

On nous dépose des menus (avec les images), et le billet de commande : à Taiwan, on remplit une feuille nous-même…

2014 12 23 19 56 53 snapseed

Et c’est donc un nouveau défi à relever pour nous, faire correspondre les idéogrammes calligraphiés sous les images à ceux imprimés sur le bon de commande…une bonne partie de fou-rire et de jeux de logique qui nous prend une bonne grosse demi-heure…et sur toute notre commande, nous n’avons qu’un loupé !

On se régale d’une salade gouteuse, de chirashi fondant, de maki gargantuesque et de sushi originaux.

Nous devons presque rouler pour rentrer chez Baptiste, où chacun s’éffondre…demain c’est Noel…

voyage Taipei Taiwan Chiufen Juifen Pingxi Yehliu Formose mines

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau