Un aller simple, qui ne l'est pas.

Jour 31 : 18 juin 2016

Je fuis.

Mais je fuis pauvre. Enfin, encore plus que d'habitude...il me reste l'équivalent de 10 centimes. Et si vous pensez que c'est beaucoup dans ce pays...vous vous trompez.
Ici, même quand vous demandez un renseignement de type géographique, on vous demande de payer pour l'information. Dealers de tout ce dont tu as besoin. Sauf de l'aide.

Alors je marche...beaucoup. J'arrive à sortir de Tachkent avec un seul objectif : être lundi à Samarcande, ville mythique pleine de promesses...
Pour moi, celle d'une banque Western Union où de l'argent m'attend.

Franchement dur. Pas de sous, pas de transports. Le stop est plus que compliqué car à chaque fois on me demande de payer.
Et alors que je déseperais, ce n'est pas Zorro qui est arrivé, mais Andy.
Russe (enfin, ouzbek mais l'URSS lui manque, donc il ne reconnait pas l'Ouzbéki-stan), mais bilingue anglais. Et altruiste. Un lift gratuit jusqu'à une station de taxi...(et merde) qu'il m'offre (oh putain bonheur).
Roller coster des émotions...faut dire qu'ici il y a plein d'aires de jeux et fêtes foraines...abandonnées!

2016 06 18 18 40 09 194

J'arrive à Samarcande. Un taxi m'arnaque. Un autre russe m'aide.
L'équilibre se fait et j'atteris dans une superbe auberge qu'on me fait à un prix riquiqui. C'est la fin de la saison, ils n'esperent plus grand monde alors mes quelques dollars (que je leur promet pr bientôt) sont les bienvenus. Je leur porterai peut-être chance comme dit Pavel.

Il est tard et sombre quand je réalise que ça y est. J'ai atteint sans m'en rendre compte, la deuxième étape personnelle de mon voyage. Je suis entourée de ces mozaiques bleues et de ces palais qui m'ont tant fait rêver depuis mes 6 ans!
 

20160621 221211

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau