Auto-stop pour HasanKeyf

Jeudi 19 Mars :

Une nuit quasi inexistante pour ma part, entre la surveillance pour que tout roule pour Estelle, et l’impatience d’arriver à l’Est.

Notre avion décolle à 5h, et c’est dans les nuages matinaux que nous arrivons à Diyarbakir. Il fait humide et froid…nous nous réchauffons en marchant jusqu’à la sortie de la ville afin de commencer notre stop.

Première expérience pour Estelle, qui découvre qu’ici, c’est plutôt facile ! Une voiture s’arrête pour nous aider alors que nous n’avons même pas levé le pouce ! Et nous rejoignons le carrefour de Carikli Fabrikasi Koyu, où notre chauffeur va travailler.

Estelle se retient de vomir devant un mouton qui va être achevé…ici, on est devant une étable remplie de millier de moutons…et c’est normal…sauf pour elle qui est végétarienne.

On marche un peu, le temps de trouver un nouvel endroit stratégique, et hop, une camionnette nous permet de rejoindre Yuvacik, où nous sommes à nouveau très vite aidées….et cette fois jusqu’à Batman !
La traversée de la ville est pénible…Et le seul jeune homme à s’arrêter nous emmène…à l’arrêt de dolmus pour Hasankeyf...Bon d’accord…on ne va pas s’énerver et go.

Plus on approche, plus mon cœur bat : je rentre à la maison ! Et mon amie découvre les reliefs de mes montagnes et du village dont je parle tant : malgré la grisaille, il resplendit !

En descendant du Dolmus, j’emprunte la vieille rue où j’ai si souvent trainé, et où retentissent les bonjours de ces visages connus. Et puis le voilà : le Teras Khave, ouvert par Feyzi depuis peu, qui nous accueille avec Kadir.

20150319 115538

Le khavalti nous attend pour reprendre des forces avant d’aller faire une petite randonnée au château avec mon guide préféré : escalade, moutons (mais vivants), verdure, fleurs, rire, bonheur sont au programme.

Dsc 0061

Dsc 0031

Et puis voir les amis, boire du thé, sourire, fumer une clope, écouter de la musique, boire du thé, rencontrer des kurdes émigrés en France venus faire leur pèlerinage par ici, refumer une clope, respirer, regarder, prendre des crampes aux zygomatiques. Etre bien.

Ce soir, les garçons nous font à manger…comme toujours en fait, ici on est traitées en princesses.
Et il y a un côté bien agréable à être « obligée » à ne rien faire, à part déguster le vin que l’on vient de nous servir…Le repas est chaud et délicieux, quand soudain, j’entends sa voix : Babam est là ! Mon papa de cœur vient d’arriver et je lui saute au cou tellement je suis heureuse de le retrouver.

Img 20150320 wa0004

La nuit prend place, le temps n’est plus mesuré, et c’est à la chaleur d’un poêle que nous nous endormons tous les 4.

voyage Turquie autostop HasanKeyf Diyarbakir Batman première fois chateau princesse Teras Khave

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau